Oaxaca ou les joies de la fête des morts mais pas que….

Après une dizaine de jours dans la capitale mexicaine, nous décidons de passer les festivités des « dias de los muertos » à Oaxaca de Juarez, la capitale de l’Etat de Oaxaca, à quelques 470 km de Mexico city. Comme nous nous y sommes pris à la dernière minute comme d’hab, et que les billets d’avion sont trop chers, nous embarquons dans un bus ADO, pour 7h de route en direction de Oaxaca, mais ça va, le bus est confortable.

Une fête des morts très festive

Bon à savoir : Pas de larmes dans le cadre de cette tradition qui remonterait à l’époque pré hispanique, et qui fait si bien partie du patrimoine culturel mexicain qu’elle a été reconnue par l’UNESCO comme appartenant au patrimoine immatériel de l’humanité. Si elle débute les derniers jours d’octobre, elle atteint son point d’orgue les 1er et 2 novembre. Ses symboles les plus significatifs sont : l’autel garni d’offrandes aux défunts, constitué des choses qu’ils préfèraient, les fleurs oranges Cempazútchil qui recouvrent les autels et qui font un chemin pour guider les morts (allez, si tu as vu « Coco«  tu sais de quoi je parle, sinon tu sais ce qu’il te reste à faire ;-), le pain des morts, les calaveras (confiseries en forme de crâne au sucre ou à la pâte d’amandes miam, miam). Mais l’un des symboles forts demeure la Catrina, cet élégant squelette féminin drapé de ses plus beaux atours.

 

Nous voici donc à Oaxaca, une ville haute en couleurs, à taille humaine, qui abrite également quelques sites archéologiques (dont le plus connu est celui de Monte Alban que nous n’aurons  hélas pas l’occasion de visiter), de superbes monuments (comme le Templo Santo Domingo par ex) et qui est devenue en quelques années un RDV incontournable pour les festivités del dìa de los muertos, touristes et mexicains s’y pressent et nous aussi avons voulu honorer ce rdv 😉

Nous n’avons pas été déçus des autels offerts aux défunts dressés à tous les coins de rues, dans les hôtels, les boutiques, sur la place publique, qui égaillaient magnifiquement le paysage, des parades joyeuses et colorées surgissaient de tous les côtés, entraînant touristes et promeneurs.

Une balade dans les rues de Oaxaca

Au cours de ce séjour, nous nous sommes baladés avec beaucoup de plaisir dans les rues de la ville

 

Avons été ébahis par la beauté de l’Hotel le plus luxueux de la ville, le Quinta real (iciun  bâtiment historique, réhabilité, bon à plus de 200€ la nuit, nous on n’avait pas le budget, mais le lieu était splendide…

Une visite privée de la bibliothèque du Couvent de Santo Domingo

Grâce aux connexions de Florence, (nôtre amie qui réside depuis plusieurs années au Mexique) nous avons pu pénétrer dans un endroit où peu de monde a accès : Les coulisses de la bibliothèque du convent de Santo-Domingo. Cette visite fut menée de main de maître par un des esprits les plus brillants (et modestes) qui nous ait été donnés de rencontrer. En effet, le jeune conservateur des lieux, nous a gentiment donné accès à des ouvrages de plusieurs siècles, dont un atlas de 1663 édité en 8 volumes, une bible de 1576 écrite en 5 langues dont le latin, le grec et l’hébreu, il y avait peut-être de l’araméen mais je ne suis plus très sûre, des cartes, des ouvrages scientifiques… Nous étions émerveillés d’accéder à ce petit bout d’histoire et écoutions religieusement David.

 

Un petit tour dans les environs d’Oaxaca

Nous avons profité de notre séjour pour booker un tour d’une journée, afin de découvrir avec Flo et sa famille, quelques incontournables de la région, comme :

Une usine de fabrication du Mezcal (alcool réalisé à base de fermentation de cactus – l’agave plus précisément). Nous avons bien entendu eu droit à notre dégustation, pas mal, mais ça ne vaut pas le rhum 😉

 

Le village de Santa Marià de Tule et son arbre millénaire (il aurait plus de 2000 ans).

 

Le site archéologique de Mitla, les ruines d’une cité-Etat précolombienne édifiée par les Zapotèques.

 

Les étonnantes cascades pétrifiées de Hierve del Agua, des formations rocheuses à la couleur blanche non pas due à une eau qui s’écoule en cascade, mais à des dépôts laissés par une eau très calcaire qui leurs confère cet aspect de cascade pétrifiée.

 

Donc au final une journée bien remplie, même si nous ne sommes pas fans de ces tours organisés et que sincèrement le tour ne cassait pas 3 pattes à un canard, mais nous étions en bonne compagnie, alors ça passe. Mais il y avait beaucoup trop de monde, et c’était assez mal organisé….

Après un séjour très agréable à Oaxaca, une ville qui vaut vraiment le détour, même si elle gagnerait sans doute à être visitée en dehors de la fête des morts, qui draine bien trop de monde, nous avons plié bagages pour nous rendre dans la ville de Mérida, et cette fois nous prendrons l’avion.

La suite au prochaine épisode donc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *