Mexico City : pas à pas

Nous avons passé une dizaine de jours dans la capitale mexicaine, mais il y avait tant à faire que nous avons naturellement du faire des choix en suivant notamment les conseils de Florence (coucou Flo!), une amie guadeloupéenne installée depuis 17 ans dans la capitale. Quelques morceaux choisis de notre séjour :

La lucha Libre

Nous avons commencé par assister à un incontournable : un match de lucha libre, le catch à la mexicaine. Ce soir là, il y avait le jubilé des 40 ans carrière de Blue Panthère, apparemment une sommité dans le monde du catch mexicain, mais bon nous on connaissait pas….Il y avait une ambiance du tonnerre, et les spectateurs n’hésitent pas à jouer le jeu en enfilant souvent les masques des lutteurs. Le show était vraiment chouette, en plus j’étais super bien entourée  gnak gnak gnak-).

 

Les découvertes historiques 

Teotihuacán : Nous avons passé une journée à parcourir cette cité aztèque, située à une cinquantaine de kilomètres de Mexico, édifiée entre le Ier et le VIIe siècle, Teotihuacán, qui signifie « lieu où sont créés les dieux », se caractérise par la beauté et les très grandes dimensions de ses monuments dont les plus célèbres sont le temple de Quetzalcoatl (également appelé le temple du serpent à plumes, pour les cinéphiles ….si je vous dis Coluche ça vous dit quelque chose? non hein…bon ben revoyez vos classiques de la pop culture s’il vous plait…) et 2 grandes pyramides :  celle du Soleil et ma préférée celle de la Lune. Nous avons également visité le musée du site.

 

El Templo Mayor : (« grand Temple »), était le nom de la grande pyramide de Tenochtitlan, ancienne capitale des Aztèques, détruite par les espagnols au XVIème siècle. Découverte dans les années 70, cette pyramide de plus de 45 m est un véritable témoin du passé ainsi que les nombreux objets exhumés des fouilles, qui sont exposés dans le musée pour le plus grand bonheurs des visiteurs.

 

La découverte des Murales

Le muralisme mexicain est un mouvement artistique qui s’est développé au Mexique au début du XXᵉ siècle. Les trois artistes les plus influents associés à ce mouvement sont Diego Rivera, José Clemente Orozco et David Alfaro Siqueiros

Nous avons eu le plaisir de découvrir certaines œuvres de Diego Rivera dont l’une des plus célèbres est exposée au musée éponyme : il s’agit de « Sueño de una tarde dominical en la Alameda Central » (« songe d’un après-midi dominical dans l’Alameda Central »)

Ou encore celles exposées au Palacio National, situé sur la place du Zocalo, c’est le siège du pouvoir exécutif fédéral au Mexique et la résidence officielle du président depuis 2018).

 

Le quartier de Coyoácan,

Une fois n’est pas coutume, R1 et moi nous nous sommes séparé, et pendant qu’il partait à la découverte des beautés du Templo Mayor, moi j’ai profité d’un Free tour avec Estacion Mexico  pour découvrir le sympathique quartier de Coyoacán,

Pendant ce tour totalement gratuit d’environ 3 heures, en suivant le guide, je me suis baladée dans ce quartier bohème de Mexico, ancien fief d’Hernán Cortès depuis la chute de Tenochtitlan, refuge de Frida Kahlo, Diego Rivera et dernière demeure de Leon Trosky. C’est aujourd’hui le quartier huppé des personnes qui ont les moyens d’y vivre.

 

Nous nous sommes notamment arrêtés à la Fonoteca national (sonothèque nationale), ancienne maison du conquistador Pedro Alvarado, reconvertie en bibliothèque de sons, le temps d’un café et d’une déambulation dans le magnifique jardin, bercés par quelques notes de musique classique, diffusée par des hauts parleurs stratégiquement placés.

 

Avons admiré le jardin du centenario, l’églisia de San Juan de Bautista, et dégusté quelques churros bien gras (tant pis pour ma courbe, la ligne est loin derrière moi hi hi)

 

Le Musée d’Anthropologie de Mexico

Tous les guides semblaient l’indiquer, s’il n’y avait qu’un musée à faire dans la capitale ce serait celui la, et nous l’avons fait. Nous avons été déçus de ne pas voir les hommes volants à l’entrée (ils évoluent autour d’un mat, attachés à des cordes en reproduisant ainsi un ancien rite). Mais le musée valait le détour, gigantesque et magnifique, dès l’entrée on prend une claque avec cette superbe sculpture/fontaine en forme de parapluie

Mais c’était tellement dense qu’au bout de 3 heures nos cerveaux commençaient à chauffer et que nous n’étions plus trop réceptifs, mais c’était vraiment pas mal. C’est une visite à faire en plusieurs fois si vous pouvez, en plus l’entrée est gratuite. Nous y avons vu une reproduction  restaurée des monuments emblématiques de Teotihuacán, ce qui faisait un bon complément de notre visite sur ce site archéologique. Pour nous le clou de la visite fut sans doute la pierre du soleil, ce calendrier aztèque découvert à la fin du XVIII ème siècle. En plus,nous n’avions pas de guide mais en tendant l’oreille nous avons tapé l’incruste dans un groupe de français où le guide fournissait des infos, on a fait nos coucous quoi…faculté que nous saurons perfectionner tout au long de notre séjour mexicain hi hi…

Découverte de la ville et des festivités del « dia de los muertos »

Bien entendu nous en avons pris plein les mirettes en parcourant cette ville tentaculaire, architecture, énergie, tout nous a plu.

 

Ville d’autant plus intéressante que nous étions en plein préparatifs de la fête des morts, qui correspond en fait à la Toussaint pour nous. Pour ceux qui ont vu le dessin animé « Coco » (mais non c’est pas moi, c’est l’autre hi hi) et bien c’est tout à fait ça:  les couleurs, l’atmosphère sont les mêmes, une façon de rendre hommage aux morts qui est propre au Mexique, ou la tradition en fait un moment magique, même si Halloween à la façon américaine s’y fait une place de plus en plus grande.

…Et bien entendu des découvertes culinaires

Quelques photos pour vous mettre l’eau à la bouche, mais il y aura tout un billet dédié à la gastronomie mexicaine qui mérite vraiment qu’on s’y attarde.

 

Infos Pratiques

La lucha : arena Mexico Dr Lavista189 col. Doctores Cuauhtemoc CDMX, achat direct des billets pour un montant de 130 pesos par personne (les tours te proposent 500 pesos), et on était très bien placé

Toetihuacan : très facile de s’y rendre en prenant les transports pour joindre le terminal nord, bus toutes les 15 minutes; 104 pesos AR/pax
entrée site : 70 pesos, y arriver tôt et foncer vers les pyramides pour faire des photos sans trop de monde

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *